Grande traversée de la Meije

Après avoir potassé une traversée de la couronne impériale Suisse, la météo n'étant pas de la partie, il a fallu trouver un plan B ... Et quel plan B ! Je n'étais pas revenu sur la Meije depuis l'été 2015 où nous avions parcouru la Pierre Allain et la traversée jusqu'au Gaspard avec Jacques puis quelques voies en face sud dont Mitchka quelques semaines plus tard avec Nico.


Parcourir la traversée intégrale en incluant le Râteau restait une forte envie de ma part, option voie du Génépi au Pic N des Cavales, selon frite, pour boucler sur la Bérarde. Alex valide ce programme ambitieux, rendez-vous pris le 17/07/20 à Saint Christophe pour monter à la Selle.


Selle - Promontoire : Traversée du Râteau par les vires

Plusieurs options possibles pour cette première journée : Voie normale du Râteau (arête S), traversée par le fil, un des piliers du Râteau W, etc. Nous choisissons finalement la traversée W - E par les vires histoire de se préserver un peu pour la suite de l'aventure et l'arête NE pour redescendre au Promontoire.


Le couloir de la Girose est encore en très bonnes conditions, à la faveur d'un mois de juin généreux en neige. Et l'ascension du Râteau W est facile est rapide. C'est après que ça se corse. L'itinéraire par les vires n'a rien d'évident même si ce n'est jamais dur techniquement. Il faut louvoyer au mieux entre le fil et la base de la face S sans trop descendre ni trop monter. Le terrain traversé n'est pas exceptionnel et ce n'est vraiment qu'après la brèche que cela devient intéressant : meilleur rocher et ambiance.


La véritable trouvaille de cette journée, c'est l'arête NE que j'ai trouvé très plaisante à descendre.

Promontoire - Aigle : Traversée de la Meije

Tout a été dit sur cette traversée mythique où l'on retrouve tous les ingrédients d'une grande course en montagne : un itinéraire astucieux et élégant, de l'ambiance, de l'engagement, une variété de progression et de terrain, une évolution prolongée à 4000 m ou presque, une vue exceptionnelle ...


A l'image du massif, la traversée était encore en super conditions mi-juillet avec un glacier Carré bien fourni. Considérant ce point, nous sommes passés par l'itinéraire historique au niveau de la muraille Castelnau. De plus, apparemment, la variante ouverte suite aux éboulements de 2018 serait également exposée aux chutes de pierre. On peut rappeler ici les quelques astuces suivantes pour faciliter la course :

  • Ne pas descendre trop tôt dans le couloir Duhamel.

  • Bien traverser à droite (~ 50 m) après un petit pas de désescalade pour contourner la muraille Castelnau.

  • Lorsqu'on retrouve l'arête après la dalle des autrichiens, le pas du chat aérien est à gauche (surplombe le versant brèche de la Meije), on voit souvent des cordées partir à droite à cet endroit.

  • Pour rejoindre la vire qui mène au glacier Carré, il faut désescalader quelques mètres.

  • Il n'est pas forcément judicieux de rappeler du sommet de Doigt de Dieu (plus simple de désescalader pour aller chercher le 1er rappel).

  • Bien confirmer les conditions avant de partir notamment câbles Zsigmondy et rimayes Doigt de Dieu pour la longueur de corde.

  • Des discussions sont en cours pour équiper le Grand Pic en rappel de 25 m ce qui permettrait de prendre moins de corde.

Aigle - Pavé : Traversée Meije orientale, Pavé, Gaspard

Troisième course du séjour et peut-être la plus grosse journée. Avec la fatigue accumulée, ça va être sport !!! Nous partons les premiers du refuge sur nos le glacier du Tabuchet où nous foulons nos traces de la veille pour aller buter sous la rimaye de la Meije Orientale. Les conditions sont encore très bonnes et les affleurements de glace sont minimes pour rejoindre l'arête. Sur l'arête, orienté plein Est, le même levé de soleil que 5 ans auparavant, absolument mythique. Après quelques passages de rocher facile, nous voilà au sommet à 6h. Le timing est bon pour aborder la traversée vers le Pavé dans de bonnes conditions.


Cette arête est une définition de l'Oisans sauvage de par son itinéraire fin qui demande un bon sens du cheminement pour aller chercher le bon caillou. Il faut louvoyer habilement entre les flancs et le fil :

  • D'abord plutôt versant Est jusqu'à un couloir que l'on descend en rappel.

  • Puis on rejoint le fil un moment jusqu'à la brèche Maximin Gaspard (ne pas se laisser décontenancer par l'ambiance et la raideur).

  • On emprunte une vire versant Étançons pour rejoindre la brèche Casimir Gaspard au pied du dernier ressaut avant le Pavé.

  • Il faut partir droit sur le fil du pilier pour rester dans le bon rocher. C'est raide mais l'escalade est facile. Puis un petit détour sur la gauche (pitons) permet d'éviter le raide pour sortir au sommet.

Ces quelques règles en tête permettent d'atteindre le Pavé assez rapidement et dans du bon rocher. Au sommet à 9h nous décidons de poursuivre sur le Gaspard (nous avions gardé en tête l'option de descendre directement sur le refuge du Pavé par la voie normale).


Les pentes sommitales sont bien en neige et nous sommes rapidement sur les arêtes de l'Ourson qui se traversent globalement bien sur le fil même si c'est parfois bien grimpant. Le rappel tombant à la brèche Ourson Gaspard est bien gazeux et il faut prendre son temps pour l'équiper correctement. J'avais de bons souvenirs de la suite pour trouver la cheminée clé qui démarre l'escalade du Gaspard. La traversée sur la droite qui s'en suit est bien visible puis pour retrouver l'arête et le sommet c'est évident, il y a plusieurs passages possibles. Nous voici au sommet à 14h.


La descente du Gaspard est longue et pénible, du sommet, il faut bien aller chercher le couloir le plus au sud (pas celui qui part directement sous le sommet). Ce n'est qu'au bout de 7h supplémentaires que nous parvenons au refuge du Pavé, bien rincés. La grosse journée pressentie a eu lieu, Alex aura été bien vaillant.

On l'aura compris, la voie du Génépi n'aura pas eu lieu, déjà bien content de réaliser ce parcours mythique. Un bouclage discret par le col N du Clot des Cavales et un petit resto bien mérité à la Bérarde aura suffi à nous combler !!!




Sourires d'en haut

Mathieu Stephan

Aspirant Guide de Haute Montagne

SIRET : 800 762 858 00028 - Code APE : 9319Z

logo-compagnie.jpg
  • 1421840995_119863835BI_edited

Retrouvez-moi sur :

  • Flickr Social Icon